Chauffage au bois – Aide financière pour le remplacement

Le chauffage au bois
Mode de chauffage ancestral
Le chauffage au bois est incontestablement le plus vieux mode de chauffage du monde. Il est même responsable en grande partie de notre évolution. Pas si loin derrière, nos arrières grands-parents avaient pour seule méthode de cuisson et de chauffage le feu de bois. Heureusement, les temps sont révolus, et les pratiques ont bien évolués. Il est de plus en plus rare qu’une résidence soit principalement chauffée au bois.

La pollution
De tout ce qu’on aurait pu penser, le chauffage au bois est très loin d’être inoffensif. Dans les faits, c’est une source de pollution encore très active. Que ce soit un feu de foyer, une fournaise d’appoint au bois, ou un feu à ciel ouvert, la combustion de bois libère un nombre considérable de polluants atmosphériques dans l’air que nous respirons : monoxyde de carbone (CO), composés organiques volatils (COV), particules fines (PM2,5), oxydes d’azote (NOx) et hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). La fumée dégagée par la combustion du bois est présente à l’extérieur comme à l’intérieur des maisons. Selon environnement Canada, près de 8% du smog est attribuable à la combustion de bois. La plupart des individus en souffre légèrement, mais 15% de la population en sont affecté à un niveau modéré jusqu’à élevé.

 Fait à noter : (La combustion d’un poêle non approuvé CSA, comme un foyer, ou un feu à ciel ouvert durant 9 heures consécutives, pollue autant qu’une voiture neuve de classe intermédiaire qui roule 18 000 km en 1 ans.)

On commence à réfléchir ?

Un nouveau programme de retrait et de remplacement des vieux appareils de chauffage au bois (poêles et foyers) sera prochainement mis en œuvre dans l’île de Montréal et en quelques années, dans l’ensemble du Québec. Ce programme vise à réduire la pollution de l’air liée à l’utilisation de ces appareils. Le chauffage au bois contribuant de façon importante à l’émergence des journées de smog hivernal à Montréal, des maladies pulmonaires et des problèmes de santé des Montréalais. Pour encourager le retrait ou le remplacement de ces appareils, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs versera une aide financière aux personnes intéressées à retirer ou convertir leur appareil. Les critères d’admissibilité nous seront communiqués sous peu.

Ce programme est financé par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et géré par l’organisme à but non lucratif Équiterre.